Solocal group prévoit 1100 suppressions de postes d'ici à 2 ans, rien que pour sa filiale Pages jaunes d'ici à 2 ans. Un appel à une grève nationale a été lancé pour vendredi prochain - Photo montage

Le groupe Solocal va licencier 1 100 postes malgré plus de 500 % d’augmentation de bénéfices nets

Suivez-nous, partagez et likez SVP !

Le groupe Solcal, ex-  » groupe Pages jaunes  » renommé en 2013, annonce un PSE(1) entraînant la suppression d’envrion 1 100 postes d’ici 2 ans, malgré l’annonce aux actionnaires d’un bénéfice net du groupe de 336 M€, en augmentation de 585 % par rapport à 2016, le 15 février dernier. L’intersyndicale appelle à une grève nationale vendredi prochain.

L’entreprise de recherche d’informations locales, de mise en relation et de publicité locale, sur Internet, mobile et imprimé,  un des premiers groupes européens en termes de revenus publicitaires sur Internet, revient de loin, après un fort endettement en 2006 et sa revente à un fonds de pension américain, LBO. Les organisations syndicales représentées, CFDT, FO, CFE-CGC, CGT et CFTC ont ensemble appris par une annonce de la part de la direction en début de semaine la décision prise par le Groupe Solocal de supprimer 1 100 postes, rien que sur la filiale Pages jaunes, soit environ 1/3 des effectifs. Les représentants du personnel dénoncent  » une procédure qui obèrerait la poursuite de l’activité de l’Entreprise, au moment où le législateur a mis en place des alternatives aux licenciements secs, notamment à l’occasion des orientations stratégiques « .

[bsa_pro_ma_space id="37" type="space" url="https://combuzz.fr/api/" secure="93521cd5eec5f535bae3854c9f7618a558a8a239"]

Ouverts à négocier après exigence du droit d’information

entreprise de recherche d’informations locales, de mise en relation et de publicité locale, sur

Solocal group prévoit 1100 suppressions de postes d'ici à 2 ans, rien que pour sa filiale Pages jaunes d'ici à 2 ans. Un appel à une grève nationale a été lancé pour vendredi prochain - Photo montage
Solocal group prévoit 1100 suppressions de postes d’ici à 2 ans, rien que pour sa filiale Pages jaunes. Un appel à une grève nationale a été lancé pour vendredi prochain – Photo montage

Internet, mobile et impriméCes mêmes représentants se montrent malgré tout ouverts à la négociation, après usage de leur droit légal à l’information. Ils ont donc exigé de la direction une «  méthodologie d’information-consultation et de négociation « , refusant le seul prétexte  » des motivations des projets industriels avancées, ni à une renonciation au maintien et au développement de l’emploi « . Selon toujours ces mêmes sources, l’estimation de répartition des suppressions d’emplois seraient de 25 à 30 % pour les commerciaux terrain et entre 8 et 12 % pour la télévente, avec 20 à 30 % de baisse de salaires.

Propositions et mesures d’urgences, dont un PDV

3 mesures urgentes sont demandées par les représentants du personnel et syndicaux :

  • La mise en œuvre préalable d’une procédure d’information-consultation sur la stratégie de l’entreprise, au cours de laquelle seront présentées notamment les données chiffrées sur l’emploi à trois ans (…) ayant à cœur de concilier une présence territoriale tout en n’obérant pas l’avenir (…) Des mesures de formation, de mobilités internes et, le cas échéant, externes, devront être négociées à la hauteur des enjeux. Ils annoncent aussi que dans ces conditions, la procédure de consultation qui est initiée ce jour même, mercredi 21 février, doit être suspendue.
  • Le cas échéant, l’ouverture d’une information-consultation sur les conséquences sociales des projets de réorganisations qui ne pourrait s’envisager qu’avec l’organisation d’un plan de départs volontaires (PDV), assorti d’une garantie subséquente de l’emploi sur 3 ans, reposant sur le respect du strict volontariat, excluant toute mobilité ou départ contraints.
  • Et que dans le trimestre suivant la fin de la mise en œuvre de la réorganisation, un organigramme final nominatif soit présenté au Comité d’entreprise et aux CHSCT, dans le cadre d’une information consultation dédiée.

De source syndicale, certains employés se plaignent apparement depuis longtemps de  » métiers déstructurés, stress, larmes à minuit ou à 8 heures du matin, arrêts maladie, dépressions, prise de médicaments, familles en vrac… «  du fait de  » cadences de ventes imposées, malgré des outils informatiques qui seraient régulièrement défaillants… « , amenant à  » un absentéisme important avec des collègues qui craquent : burn out, dépressions, maladies, licenciements « .

* : plan de sauvegarde de l’emploi

Liens utiles :
Site officiel du groupe Solocal : https://www.solocalgroup.com/
Groupe Solocal dans Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/SoLocal_Group

Suivez-nous, partagez et likez SVP !

Stéphan Foltier

Stéphan Foltier, fondateur et directeur de la publication du Web média ECOBUZZ - www.ecobuzz.fr

Laisser un commentaire