Démission d’Alain Juppé [vidéo] : les relations dangereusement dégradées entre la population et les élus locaux en cause

Suivez-nous, partagez et likez SVP !
RSS
Follow by Email
Google+
https://ecobuzz.fr/actus/demission-dalain-juppe-video-les-relations-dangereusement-degradees-entre-la-population-et-les-elus-locaux-en-cause/
LinkedIn
Facebook
Facebook

C’est un Alain Juppé rempli d’émotions qui a fait son discours d’explications et d’adieux à la mairie de Bordeaux. Sans fuir la ville, puisqu’il a affirmé conserver sa résidence avec son épouse Isabelle, tout en participant aux réunions hebdomadaires des QPC du Conseil constitutionnel, en retrouvant Nicolas Sarkozy et Lionel Jospin. En cause, essentiellement : le climat délétère, provoqué par une certaine stigmatisation des élus locaux tels que les maires, les manifestations sociales récentes ayant mis le feu aux poudres, qu’il qualifie même de dangereux. Désormais, tous les yeux des bordelais et des médias sont tournés vers son 1er cercle, la majorité municipale devant décider d’ici samedi un successeur.

Un énorme parcours atypique jonché d’embûches

Alain Juppé a fustigé  » l’habileté de certaines formations ou groupuscules politiques à manipuler les situations et finalement soutenir des comportements qui sont inacceptables et dangereux pour la population « , ajoutant comme une mise en garde sur les  » menaces venant des extrêmes de tous bords « – Photo © Stéphan Foltier pour ECOBUZZ

Né le  à Mont-de-Marsan (Landes), Après son passage par l’École nationale d’administration (ENA), il rejoint l’Inspection générale des finances. Collaborateur de Jacques Chirac à partir de 1976, il en est l’adjoint à la mairie de Paris pendant 12 ans. Maire de Bordeaux de 1995 à 2004, et l’était donc depuis 2006. Après son passage par l’École nationale d’administration (ENA), il rejoint l’Inspection générale des finances. Il a été d’abord, au niveau national, ministre du Budget de 1986 à 1988 et ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995, puis Premier ministre au début du septennat de Jacques Chirac en 1995. Son passage à Matignon est marqué par des grèves d’ampleur contre son plan sur les retraites et la Sécurité sociale, auquel il doit en partie renoncer. Devenu très impopulaire, il quitte la tête du gouvernement après la défaite de la droite aux élections législatives de 1997. Parallèlement, il préside le Rassemblement pour la République (RPR) puis l’Union pour un mouvement populaire (UMP). Il est contraint de quitter la vie politique en 2004, la cour d’appel de Versailles l’ayant condamné à 14 mois de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Parti enseigner au Québec, il fait son retour en politique 2 ans plus tard en retrouvant son mandat de maire de Bordeaux. En 2007, un mois après avoir été nommé ministre de l’Écologie par Nicolas Sarkozy, il démissionne de ses fonctions, ayant été battu aux élections législatives. Il revient au Gouvernement comme ministre de la Défense de 2010 à 2011 puis des Affaires étrangères de 2011 à 2012. Longtemps donné favori en vue de l’élection présidentielle de 2017, il perd la primaire présidentielle de la droite et du centre de 2016 face à François Fillon. Par la suite, quitte Les Républicains en 2018 (source : Wikipedia).

Vidéo du discours de démission d’Alain Juppé dans son intégralité depuis la mairie de Bordeaux : émotion, crise de confiance, opportunité de rentrer au Conseil constitutionnel et succession à la tête de la ville

Climat délétère et poids dangereux sur les élus locaux

Alain Juppé descendant les marches de son cabinet à la mairie de Bordaux, entouré de ses plus proches adjoints et collaborateurs. On peut d'ailleurs remarquer l'absence de Virginie Calmels... - Photo © Stéphan Foltier pour 2COBUZZ
Alain Juppé descendant les marches de son cabinet à la mairie de Bordeaux, entouré de ses plus proches adjoints et collaborateurs. On peut d’ailleurs remarquer l’absence de Virginie Calmels… – Photo © Stéphan Foltier pour ECOBUZZ

Le poids pèse anormalement sur les élus locaux, et notamment les 35 000 maires de France, estime aujourd’hui Alain Juppé. Fustigeant par là même  » l’habileté de certaines formations ou groupuscules politiques à manipuler les situations et finalement soutenir des comportements qui sont inacceptables et dangereux pour la population  » en faisant références aux débordements des manifestations sociales récentes, ajoutant comme une mise en garde sur les  » menaces venant des extrêmes de tous bords « . Et voit dans le renforcement constitution européenne une voie comme solution face aux effets pervers de la mondialisation. Sur la forme, l’ancien Premier ministre n’a pu cacher sa forte émotion quasiment au début de déclaration (cf. notre vidéo) :  » Après 40  ans de vie publique, on m’a dit froid, insensible… Je suis en fait un sentimental, qui se cache derrière tout ce qu’impose la fonction « . Un départ mais pas des adieux aux Bordelais puisqu’il y conserve sa résidence principale, même si il a bien avoué, à l’instant où il failli craquer et a demandé des encouragements à ses nombreux adjoints collaborateurs et amis présents, qu’il avait pourtant encore beaucoup de projets… Et une fonction qui se termine, une autre qui commence, avec une participation au Conseil constitutionnel qu’il annonce d’ors et déjà active, mais qui impose un devoir de réserve. Par conséquent, aucun commentaire n’a filtré et ne filtrera sur les élections européennes ou les futures élections municipales de 2020. Seule a été lâchée une date, très attendue : samedi prochain (au plus tard) sera annoncé son successeur par interim. On pense bien sûr à Nicolas Florian, Virginie Calmels, Stéphan Delaux… Mais aucun indice n’a été soufflé par Alain Juppé. Il garde néanmoins en tête ce qu’il a partagé avec 2 bordelais croisés ce matin et qu’il confirme :  » Nous sommes tristes  » et aussi «  nous sommes contents pour vous « .

* : questions prioritaire de constitutionnalité

Suivez-nous, partagez et likez SVP !
RSS
Follow by Email
Google+
https://ecobuzz.fr/actus/demission-dalain-juppe-video-les-relations-dangereusement-degradees-entre-la-population-et-les-elus-locaux-en-cause/
LinkedIn
Facebook
Facebook

Stéphan Foltier

Stéphan Foltier, fondateur et directeur de la publication du Web média ECOBUZZ - www.ecobuzz.fr

Laisser un commentaire